Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Intercommunale - Page 2

  • Les francophones restent seuls

    Capture d’écran 2020-02-26 à 08.28.43.pngÖWOB et Nos Cités. Voilà ce que va devenir la société de logement Nosbau. Les communes germanophones et francophones sont en effet tenues de se séparer au vu du transfert de compétences. La scission partielle devrait être entérinée le 12 mars.

    On en sait plus sur les modalités de cette séparation. Sur les 1.800 logements qui constituent actuellement Nosbau, un peu moins d’un tiers, soit 500, rejoindront la partie francophone. Parmi les membres du personnel de Nosbau, l’équivalent de 7 temps plein seront destinés à Nos Cités. Les travailleurs conserveront leurs acquis durant au moins 5 ans. Ils garderont donc la même charge de travail ainsi que le même salaire.

    LOGEMENTS EN CONSTRUCTION

    En revanche, alors que l’on a longtemps dit que la partie francophone de Nosbau allait devoir rejoindre une autre société de logements, probablement le Foyer Malmédien, le ministre des Pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne ne semble pas sur la même longueur d’onde que son prédécesseur. « Il n’a pas l’air très pressé pour que nous fusionnions », glisse le bourgmestre de Thimister-Clermont. Les communes francophones vont donc vivre un certain temps au sein de Nos Cités.

    Une séparation qui va être dans un premier temps un peu compliquée financièrement. « On est en train de finaliser la construction de six logements à Plombières d’une trentaine à Welkenraedt et l’an prochain il y en aura cinq autres à Aubel. Il faut que l’on finalise ses investissements et puis on sera en meilleure santé financière par la suite », avance Lambert Demonceau qui ajoute que du côté de l’ÖWOB, les investissements sont décalés et viendront dans un futur plus éloigné.

    Il n’a pas été simple de mettre en place cette scission. Il s’agit en effet de la première du genre. Pour cela, les responsables se sont entourés d’un panel impressionnant d’experts, a précisé Lambert Demonceau au conseil communal de ce lundi. « On a essayé de faire au mieux au vu des circonstances », concluait le bourgmestre. Le siège de Nos Cités sera à Welkenraedt. 

    A.R. dans LA MEUSE VERVIERS du 26 février 2020

  • Plombières rejoint Logeo

    C’est la 8 e commune à franchir le pas, après Verviers, Dison, Baelen...

    Depuis le 1 er janvier, la commune de Plombières a rejoint l’agence immobilière sociale Logeo. Elle est la 8e commune à rejoindre le réseau.

    Le 1 er janvier dernier, Logeo, l’agence immobilière sociale (AIS) verviétoise, a intégré dans son giron la commune de Plombières.

    « Plombières est la 8 e commune à rejoindre Logeo, créée en 1996 à Verviers, et qui s’est progressivement élargie aux communes de Dison, Limbourg, Welkenraedt, Thimister-Clermont, Baelen et Pepinster pour gérer aujourd’hui près de 450 logements majoritairement privés », annonce l’AIS dans un communiqué.

    D'un article de JULIEN DENOËL à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 12 février 2020.

  • Les mayeurs « parias » se rebiffent

    Les bourgmestres de Baelen, Olne, Pepinster et Plombières ne sont pas contents. Lundi, ils ont découvert dans la presse l’accord PS-MR concernant le financement de la zone de secours Vesdre, Hoëgne et Plateau (VHP). Un deal négocié sans concertation avec eux. Ils ont donc décidé d’adopter une position commune qu’ils dévoileront prochainement ensemble.

    D'un article d'AURÉLIE FRANSOLET à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 12 février 2020/

  • 1.500 luminaires LED à placer en 8 ans

    La commune de Plombières s’apprête à modifier tout son éclairage public. Ce sont ainsi pas moins de 1.500 luminaires qui seront renouvelés en vue de passer à du LED, bien moins énergivore que l’éclairage actuel.

    « L’opération devrait s’étaler sur 7ou 8 ans », explique Joseph Austen, le bourgmestre faisant fonction. « Au fil des années, le LED devient de plus en plus performant. Du coup, en étalant les travaux, on aura de l’éclairage de diverses générations », détaille Joseph Austen.

    Selon le site internet d’Ores, 42 nouveaux luminaires ont été installés en 2019. Et en 2020 ils de vraient être 196. « Comme ils sont relativement anciens, c’est toute la structure qui doit être remplacée », ajoute Joseph Austen. Lequel précise que le coût pour la commune devrait être de 81.000 euros par an.

    L’opération devrait cependant permettre de réaliser d’importantes économies d’énergie.

    Ce passage à l’éclairage LED est imposé aux communes par la Région wallonne en vue de se conformer à un arrêté du gouvernement wallon, qui exige que d’ici 2030, l’ensemble de l’éclairage public wallon soit passé au LED, plus blanc et plus ciblé.

    F.P. dans LA MEUSE VERVIERS du 14 décembre 2019

  • Deux mois accordés à Nosbau

    Alors que la communauté germanophone aura la compétence du logement social à partir du 1er janvier 2020, la société Nosbau, active dans les Cantons de l’Est et dans plusieurs communes non germanophones de l’arrondissement, doit normalement être scindée en deux nouvelles entités. Un divorce qui se montre compliqué du côté francophone et qui a poussé les ministres wallon et germanophone du logement à accorder un délai supplémentaire à l’entité.

    « Les deux Ministres ont constaté que le transfert de la quasitotalité des domaines sera effectif dans le délai imparti, soit avant la fin de cette année. À partir du 1 er janvier 2020, la

    Communauté germanophone exercera la tutelle sur la Société « Öffentlicher Wohnungsbau Eifel » », indique leur communiqué commun.

    « En ce qui concerne « Nosbau », rappelons que la situation restait compliquée fin octobre », poursuivent-ils. « Les Ministres Dermagne et Antoniadis ont convenu que la société wallonne du logement prolonge l’exercice de la tutelle sur « Nosbau » jusqu’au 29 février 2020 au nom de la Région wallonne et de la Communauté germanophone. Le Ministre Antoniadis communiquera les modalités pratiques en commission du Parlement mercredi lors de sa prochaine séance. »

    J.D. dans LA MEUSE VERVIERS du 23 novembre 2019