Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Intercommunale - Page 4

  • Surprise : Bruno Gavray devient président du CHR

    Le MR de l’arrondissement de Verviers a choisi Bruno Gavray pour siéger à la présidence du CHR Verviers. Le Theutois reprendra le poste dès le conseil d’administration de fin juin. Le socialiste verviétois Didier Nyssen, qui assumait l’intérim de la présidence depuis le 4 décembre, deviendra vice-président de l’institution hospitalière.

    Les compositions des intercommunales seront fixées en ce mois de juin, conformément à ce qui avait été annoncé au lendemain des élections d’octobre 2018. Si les quatre grandes formations politiques (MR, PS, Ecolo et cdH) se sont mises d’accord sur la répartition en termes de mandats, il restait à connaître les noms proposés par chacune d’entre elles. Elles ont signé un accord ce jeudi matin.

    Alors que la présidence du CHR Verviers East Belgium devait revenir à un réformateur (les libéraux restent la première force politique sur l’arrondissement), une nouvelle fois elle échappe à un Verviétois, faute de score statisfaisant sur la commune aux communales. C’est finalement un Theutois, en la personne de Bruno Gavray qui a en donc été choisi par le MR pour y siéger. Ce dernier est déjà échevin des Travaux, des Marchés publics, de la Mobilité, du Logement et de l’Énergie dans sa commune. Cet ingénieur du génie rural, âgé de 39 ans, gère également sa propre entreprise. Il s’est présenté sur une liste en 2012 pour la première fois. Son nom a été avalisé par les fédérations des autres partis. Nous ne sommes pas parvenu à le joindre.

    À ses côtés au CHR, le désormais unique vice-président sera le socialiste Didier Nyssen. Le Verviétois assure l’intérim de la présidence de l’institution hospitalière verviétoise depuis le 4 décembre – car le Plombimontois Thierry Wimmer, président jusque là, ne s’était pas représenté au scrutin d’octobre 2018 – dernier jusqu’au conseil d’administration de fin juin qui renouvellera les instances.

    Le choix du réseau à rejoindre (CHC ou CHU) ne serait pas non plus étranger à cette décision.

    D'un article d'AURÉLIE FRANSOLET dans LA MEUSE VERVIERS du 7 juin 2019.

  • Nouveau président pour NOSBAU

    Chez Nosbau, la société de logements sociaux active sur l’arrondissement (pour les communes de Welkenraedt, Baelen, Plombières,Capture d’écran 2019-06-07 à 08.12.18.png Aubel et ThimisterClermont), la présidence sera désormais assurée par le maïeur de Thimister, Lambert Demonceau (MR). La vice-présidence sera attribuée à un social-chrétien germanophone, dont le nom n’est pas encore connu.

  • Les communes préparent le démembrement de Nosbau

    L’avenir de la société de logements sociaux, Nosbau, était à l’ordre du jour du conseil communal de Baelen ce lundi soir. Les cinq communes francophones préparent en effet le démembrement de la société de logements qui sera la conséquence du transfert de compétences vers le Communauté germanophone. Un accord de principe est en effet intervenu en ce sens.

    Neuf communes – cinq francophones à savoir Welkenraedt, Baelen, Plombières, Aubel et Thimister et quatre germanophones (Raeren, Lontzen, La Calamine et Eupen) composent actuellement la société de logements sociaux Nosbau. Prochainement, cette dernière devrait être démembrée.

    D'un article de FRANÇOISE PEIFFER à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 16 janvier 2016.

  • Albert Stassen se fâche à propos du sort de NOSBAU

    Le sort fait par la Région Wallonne et la Communauté germanophone à la société d'habitations sociales NOSBAU (exigence d'une scission avant le 20 décembre 2018 sur base linguistique sans quoi la Région décidera à la place de Nosbau) est une infâmie sans nom perpétrée à l'encontre de la région des Trois-Frontières par la Région Wallonne, exactement comme voici 55 ans l'Etat belge a divisé cette région multilingue sans demander l'avis des populations concernées, par le clichage de la frontière linguistique. Notre région n'a que faire de ces frontières linguistiques qui ne correspondent à aucune réalité locale.