Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lontzen - Page 5

  • Le transfert de la compétence «Logement» en question

    Les bourgmestres des communes francophones présentes dans la société de logements sociaux Nosbau, se positionnent pour son avenir. Ils déplorent en effet les nouveaux propos du ministre Antonio Antoniadis dans le cadre du transfert de la compétence « Logement » de la Région wallonne vers la Communauté germanophone. Les cinq maïeurs insistent sur la nécessité de ne pas sacrifier Nosbau.

    La sortie du ministre germanophone Antonio Antoniadis, ce 20 mars, n’est pas du goût des bourgmestres de Thimister, Baelen, Aubel, Welkenraedt et Plombières. Ces communes, associées à la société de logements sociaux Nosbau, déplorent les propos du ministre confirmant la future scission de Nosbau et la fusion des deux sociétés implantées en Communauté germanophone. La matière du Logement est passée du fédéral vers la Région suite aux différentes réformes de l’État, et la Communauté germanophone a revendiqué cette compétence.

    Un article à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 22 mars 2018.

  • Le Clive dans l’ex-Graff

    C’est désormais officiel, d’ici quelques semaines, l’ancienne discothèque Le Graffiti, bien connue des clubbeurs de la région fera place à un tout nouveau concept : le « Clive ». Un endroit qui permettra aux clubbeurs de s’éclater sur la piste de danse mais où l’on proposera aussi, tous les soirs d’ouverture, de la musique en live.

    Un article de FRANÇOISE PEIFFER à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 22 février 2018.

  • Raphaël meurt sous un tracteur

    Lundi soir, Raphaël, un Lontzenois de 32 ans a perdu la vie dans un accident de la route. Il a perdu le contrôle de son véhicule sur la route menant de Walhorn à Eupen alors qu’il revenait du carnaval. Il s’est encastré sous un tracteur qui conduisait l’un des chars du cortège. Les secours ne sont pas parvenus à le désincarcérer avant qu’il succombe à ses blessures.

    Un article d'OCÉANE GASPAR à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 14 février 2018.

  • Apparition du Rugby Club East Belgium

    Une fois n’est pas coutume, l’occasion nous est donnée d’effectuer une revue des troupes régionales en « Ovalie ». À l’ombre du stade Lechat, les sociétaires malmédiens des Hautes Fagnes connaissent de réelles difficultés au démarrage en 1ère Régionale : 0 sur 2 dont un retentissant 34-0 encaissé, voici quelques jours, au Standard. Ce week-end, les Fagnards tenteront d’enfin débloquer le compteur au détriment des Hennuyers de Saint-Ghislain.

    Il n’en demeure pas moins que l’information de ce tout début de saison est constituée par l’apparition du Rugby Club East Belgium. Cédric Moerman, le joueur-entraineur du cru, en explique la genèse : « A la frontière allemande, existait déjà le club d’Eupen/Kelmis. Ce qui était assez restrictif car notre intention est de ratisser le plus large possible sur le plan du recrutement au niveau régional. C’est ainsi que nous comptons également bon nombre d’éléments francophones en provenance de Baelen, Dolhain, Plombières et Henri-Chapelle. Nous ne sommes donc plus l’équipe d’une ou deux localités germanophones, mais une formation représentative de l’ensemble d’une une véritable zone géographique. À savoir, celle de l’est de notre pays. Nous évoluons pour l’instant en Régionale 3 qui est d’ailleurs la division la plus basse, mais nous ne désespérons pas de monter dès cette année peut-être. Pour ce faire, nous pouvons compter sur des joueurs expérimentés et sur des espoirs ne demandant qu’à progresser. » Quant au secrétaire, il ajoute : « Nous avons également créé une école de jeunes allant de 11 à 17 ans. Ces adolescents ne disputent pas encore de compétitions officielles, mais se débrouillent de mieux en mieux au fil des entraînements. Ceux qui seraient intéressés peuvent me contacter au 0498/83.68.23. »

    En championnat, les protégés de Moerman sont toujours invaincus après deux journées : 19-13 face à Ciney et 19-73, à Saint-Ghislain B. Dès dimanche après-midi (13 h), ils tenteront la « passe de trois » aux dépens de Rugby-sur-Heure. Une confrontation qui se disputera sur le terrain du KSC Lontzen. « La cohabitation avec les footballeurs locaux se passe relativement bien », poursuit notre interlocuteur, « Mais, il est évident qu’à plus ou moins long terme, nous rêvons d’évoluer dans nos propres installations. » Voilà qui traduit à merveille la volonté des responsables du Rugby Club East Belgium d’aller toujours de l’avant. 

    MICHEL CHRISTIANE dans LA MEUSE VERVIERS du 28 septembre 2017.

    Lien permanent Catégories : Lontzen, Rugby
  • Une ASBL mêlant public et privé

    Cinq acteurs issus du secteur public et du secteur privé ont créé ensemble l’ASBL Kathleos afin de gérer deux maisons de repos dans le nord de la communauté germanophone. L’une d’entre elles, l’institut Sainte-Catherine, est implantée à Lontzen, tandis que la seconde, la résidence Leoni est en construction à La Calamine. La nouvelle ASBL a été présentée hier soir.

    « La mise en commun de compétences du secteur public et du secteur privé pour la gestion de maisons de repos est une première dans le sud du pays. En fait, cinq acteurs publics – les communes de Lontzen, de La Calamine, leurs CPAS respectifs et l’intercommunale Inago qui détient trois maisons de repos se sont associés à un acteur privé, l’institut Sainte-Catherine. Ils créent une nouvelle ASBL, Kathleos, qui gérera l’institut Sainte-Catherine et la maison de repos en construction à La Calamine », explique Jean-Marie Kohnen, directeur général de l’intercommunale Inago.

    L’objectif de ces synergies est de mutualiser les dépenses avec, par exemple, une cuisine ou une laverie commune aux deux maisons de repos.

    « Alors que l’intercommunale Inago dépend de la Région wallonne, le financement des maisons de repos a été transféré à la Communauté germanophone. Le bilinguisme sera donc de rigueur », assure Jean-Marie Kohnen.

    Inago représente actuellement 300 places en maisons de repos, à Plombières et Aubel et 300 membres du personnel. L’institut Sainte-Catherine compte, lui, 100 places et emploie 100 personnes. Nonante places et une centaine de membres du personnel devraient venir s’y ajouter en 2019 avec l’ouverture de la maison de repos à La Calamine.