Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Prévention

  • La première partie des 310.000 masques est arrivée

    Soulagement pour Michel Fransolet, président de la conférence des bourgmestres des communes de l’arrondissement verviétois, et plusieurs de nos communes. La première partie des 310.000 masques en tissu commandés fin avril est bien arrivée ces jeudi et vendredi. En espérant que ce soit aussi le cas ce mardi 26 mai pour la deuxième partie comme prévu. À la fin du mois d’avril, les différents bourgmestres de notre arrondissement s’étaient réunis au sein de la conférence des bourgmestres afin d’organiser la commande de 310.000 masques en tissu lavables, disposant d’une poche pour y placer un filtre. Mais dans notre édition de ce mardi 19 mai, nous vous annoncions que l’arrivée des masques avait du retard alors qu’il était prévu qu’ils arrivent le vendredi 15 mai dernier. Cela n’a pas été le cas suite à des problèmes logistiques au niveau du transport aérien.

    Michel Fransolet espérait bien pouvoir compter sur la première partie des masques ces mercredi et jeudi. Finalement, les masques ont été distribués jeudi et vendredi. « Les masques sont arrivés à Plombières, Baelen, Jalhay, Stavelot et Theux ce jeudi », commente le président de la conférence des bourgmestres. « Ce vendredi, Malmedy et Waimes ont bien reçu leur commande. C’est une bonne chose même s’il y a encore eu quelques petits couacs, notamment à Trois-Ponts où les masques ne sont pas arrivés pour je ne sais quelle raison. Il y a eu un jour de retard supplémentaire pour certaines communes car il y a eu des soucis à la douane à Bruxelles. Le fournisseur était présent mardi avec son camion mais on ne lui a pas libéré la quantité de masques prévue. »

    LA SUITE DOIT ARRIVER

    Concernant la deuxième partie, Michel Fransolet espère bien pouvoir compter dessus la semaine prochaine comme prévu tout en ne connaissant pas de nouveaux soucis. « Des communes comme Verviers, Dison, Limbourg, Lierneux, Stoumont… doivent encore être livrées », détaille Michel Fransolet. « J’espère vraiment qu’il n’aura pas de nouveaux retards car c’est un travail compliqué et difficile gérer. »

    Pour rappel, les communes pourront offrir deux masques par habitant. Certaines communes, qui avaient anticipé la commande groupée, ont déjà distribué des masques à leurs concitoyens.

    Au niveau des 310.000 masques, 44.000 sont prévus pour des enfants et le reste pour des adultes. 

    C.B. dans LA MEUSE VERVIERS du 23 mai 2020.

  • Arrêté du gouverneur de la province de Liège

    Rassurant, car la gestion de la crise chez les voisins Hollandais fait peur...

    L'arrêté de police complet est à lire sur le site internet http://gouverneur.provincedeliege.be/fr/evenement/80?nid=7707&from=actu

  • La stratégie néerlandaise dangereuse pour nous ?

    Du côté de Plombières, on n’est pas rassuré par cette volonté néerlandaise d’arriver à l’immunité collective : « Pour le moment, on ne constate pas de grand incivisme de la part des Néerlandais qui viennent chez nous », nous explique la bourgmestre Marie Stassen. « Ce qui pose plutôt souci, c’est la stratégie utilisée chez eux qui est différente de la nôtre. Car au final, il y aura un problème s’ils sont immunisés alors que nous, non. Je suis également en contact avec la bourgmestre de Gulpen qui m’explique ce qu’il se passe chez eux. On sait que les écoles et les restaurants sont fermés donc, au final, il y a aussi des règles là-bas. La grosse différence, c’est surtout le confinement. J’espère que les Hollandais auront le bon sens de prendre quand même certaines mesures de précaution pour ne pas propager le virus mais je pense qu’ils le font aussi. J’ai vu des images de la télévision locale de la plaine des jeux des trois bornes, qui est à la limite des deux territoires, et elle était vide malgré l’absence des écoles. Cela prouve que les jeunes restent aussi chez eux. »

    D'une page de LA MEUSE du 19 mars 2020

  • Coronavirus - Gestes de solidarité

    Comme nous vous l'avons demandé récemment, nous suggérons aux citoyens de Plombières de faire preuve de solidarité, en particulier de la part du jeune public vers les personnes âgées, isolées ou les familles en besoin momentané.

    Voici donc la plateforme mise en place par la Commune de Plombières proposant des services tels que la garde d’enfants, la réalisation de courses (alimentaires, pharmacie, poste, …), la rédaction de lettres ou la discussion par téléphone.

    Ces services peuvent être assurés par les jeunes de la commune qui souhaitent être disponibles pour ces gestes de solidarité, dans le respect des règles d’hygiène d’application.

    N’hésitez pas à contacter notre responsable de la cohésion sociale (Julien Charlier : 087/33.96.64 – pcsplombieres@gmail.com), que vous soyez demandeur ou que vous souhaitiez proposer votre aide.

    Pour proposer votre aide, cliquez ici.

    Pour demander une aide, cliquez ici.

    Après avoir complété le formulaire, vous serez contacté par nos services.

  • Benoît Muylkens, ancien président du Patro de Hombourg.

    Cette information a été confirmée par le professeur en présence de la ministre wallonne de la Santé Christie Morreale et d’Emmanuel André, le porte-parole interfédéral Covid-19. « Le protocole, développé avec la KULeuven (KUL) permet de s’affranchir des réactifs en pénurie. Cela fait une dizaine de jours que nos chercheurs travaillent d’arrache-pied pour identifier une nouvelle méthode de diagnostic », explique François Nelis, le directeur du service communication de l’UNamur. Cette méthode a été homologuée par l’Agence fédérale des Médicaments et des Produits de santé. « C’est en effet le cas. Grâce à notre méthode qui est une première mondiale, nous allons pouvoir augmenter la capacité de diagnostics », précise le professeur Muylkens.

    « Les échantillons proviendront des labos de référence qui sous-traiteront avec les autres labos, dont le nôtre. Nous avons été agréés et nous avons pu réaliser les premiers tests, dimanche. Nous en avons fait 340. À partir de ce mercredi, ce sera 360 et nous espérons arriver à 480 par jour ». Pour réaliser ces tests, il peut compter sur une équipe de 24 personnes. « Il y a douze chercheurs et douze logisticiens ».

    10.000 tests par jour ?

    La technique développée est basée sur des tests chimiques et fait appel à une plus grande main-d’œuvre. « En tout, il devrait y avoir 20 laboratoires sous-traitants agréés dans toute la Belgique ». Le compte est facile à faire. On pourrait arriver à 10.000 tests quotidiens en Belgique ! Au fait, sur les 340 échantillons, il y avait combien de cas positifs ? « Je ne peux pas répondre à cette question », poursuit Benoît Muylkens tout en nous apprenant qu’on est dans les pourcentages « normaux ». « Le plus important, c’est qu’on va mieux pouvoir cartographier les endroits où se trouve le virus qui continue à se dissimuler ». Avec le risque de voir le nombre de cas exploser les prochains jours, vu qu’on pourra pratiquer plus de tests. « Ce n’est pas un risque ! Il faut justement augmenter les diagnostics pour mieux traquer le virus. Qui sait, cela aurait peut-être permis d’interdire cette fête dans la province de Luxembourg où il y avait 300 personnes… si on avait appris qu’il y avait 10 cas porteurs dans ce village ! Cela aurait permis d’éviter cette bêtise ».

    Cette nouvelle méthode pourrait être élargie à l’échelle mondiale.

    PIERRE NIZET (sur le site internet de LA MEUSE)