Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Enseignement

  • Subsides énergétiques de plus de 3 millions pour les écoles

    ureba.JPG

    Sur une enveloppe de plus de 50 millions d’euros de subsides Ureba (rénovation énergétique de bâtiments)
    à destination des écoles, l’arrondissement de Verviers reçoit plus de 3 millions.

    D'un article d'AURÉLIE FRANSOLET à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 13 novembre 2020

  • Toutes les générations participent à la transition écologique

    16 communautés participent au mouvement « en transition »

    Plombières en transition, c’est le nom d’un mouvement lancé sur la commune. Loin d’être politique, il a pour objectif de rassembler toutes les générations et de faire émerger des bonnes idées pour améliorer les processus écologiques sur la commune.

    Malgré la crise du Covid-19, le moment était solennel ce mardi matin du côté de la résidence Pannesheydt à Montzen. La bourgmestre Marie Stassen a en effet tenu à réunir toutes les générations participant au projet « Plombières en transition ». C’est ainsi que les plus jeunes suivaient les résultats de cette première année de projet dans un chapiteau installé devant la maison de repos alors que les résidents suivaient eux la présentation à l’intérieur.

    Capture d’écran 2020-10-14 à 09.07.00.png

    Chaque année amènera son lot de nouvelles initiatives sur la commune de Plombières, et c’est tant mieux pour l’avenir de la planète. 

    D'un article de LOÏC MANGUETTE dans LA MEUSE VERVIERS du 14 octobre 2020

  • Ecole de Sippenaeken sauvée

    Tout le petit village de Sippenaeken s’était mobilisé pour éviter une déconvenue pour son école maternelle. Là, on misait tout d’abord sur 14 élèves. Finalement ils ont été 12 à fréquenter régulièrement les bancs de la classe. Suffisamment pour qualifier Sippenaeken d’école en sursis. Elle pouvait donc « se contenter » des 12 durant quelques années avant d’impérativement retrouver 14 élèves au minimum dans un futur proche. Là aussi, il y a une bonne nouvelle en 2020. Non seulement le nombre de 12 sera atteint, mais en plus on pourrait même atteindre les 14. « On ne serait donc plus une école en sursis », déclare Marie Stassen, la bourgmestre, qui veut cependant rester prudente : « On ne sait pas encore si tous les enfants vont fréquenter assidûment les classes. Il faut voir, mais il est possible qu’on arrive à 14. On verra bien si tous les parents qui nous ont promis d’inscrire leur enfant les mettront bien. » Par ailleurs, cette année, le programme sera un peu différent puisque les enfants auront la chance de profiter d’une sortie hebdomadaire afin de voir un peu le monde extérieur. Il s’agira de les éveiller aux joies de la nature.

    D'un article d'ADRIEN RENKIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 1er septembre 2020

  • Deux prix pour l’Ecole MARIA-HILF de Gemmenich

    Madame Carmen HERZET, vous êtes titulaire en 6ème primaire à l'école Maria-Hilf de Gemmenich.

    Dans sa dernière édition, "Plombières Magazine" présentait le projet Ecole Zéro Watt, initié en octobre et visiblement porteur de résultats.

    Comment avez-vous accueilli ce projet dans votre classe et dans votre école ?

    Avec ma collègue Myriam Simons, c’est évidemment avec beaucoup d’enthousiasme que nous avons répondu à cet appel à projet ! Nous partons du principe que pour apprendre, il est bien plus facile pour des enfants de vivre des situations concrètes.  Par exemple, pour obtenir son permis de conduire, il faut certes connaître et étudier le code de la route, mais rouler est essentiel !  Le projet « Ecole Zéro Watt » a permis aux enfants d’être sensibilisés à cette énergie qu’est l’électricité, mais aussi à la surconsommation de celle-ci et cela, grâce à la possibilité de réaliser de  chouettes expériences et  de manipuler des outils dont on ne dispose pas à l’école (wattmètres, luxmètres…).   Finalement, ce projet était pour nous  une occasion supplémentaire d’éveiller la conscience environnementale de nos élèves, citoyens de demain.

    Depuis, vous avez obtenu les Prix de la pédagogie et de la Sobriété.

    Sur le plan pédagogique, pourriez-vous nous dire quelles sont les compétences que les enfants ont vécues lors de ce projet ?

    Les élèves ont présenté le projet aux autres classes et ont sensibilisé leurs camarades à la problématique énergétique et à notre consommation d’électricité dans l’école.  Ils ont ensuite réécrit une histoire d’un ours polaire et l’ont racontée aux maternelles avec un diaporama qu’ils ont dû imaginer de A à Z.  Finalement, par groupe de deux ou trois, ils ont réalisé une capsule vidéo grâce aux tablettes (visibles sur www.ecolemariahilf.be) reprenant toutes les activités liées au projet.  Les compétences sollicitées ont été nombreuses, ce projet étant interdisciplinaire : savoir parler, savoir écrire, savoir lire, savoir calculer, savoir établir des liens logiques,  éducation aux médias sans oublier la découverte de l’électricité.  Des compétences transversales telles que le dialogue, l’échange, le travail en équipe, la coopération … ont eu une grande importance dans toutes les étapes du projet.

    Lire la suite

  • Nous sommes prêts !

    Suite aux consignes reçues par la Fédération Wallonie-Bruxelles, toute l’équipe de Maria-Hilf s’est mobilisée pour se mettre à la mode « Covid-19 » …

    Beaucoup d’énergie, beaucoup de rires, du peps et c’est parti !

    Gel hydro alcoolique, sprays désinfectants, masques et signalisation ont trouvé leur place dans nos locaux…

    Réaménagement des classes aux normes 4m²/enfant et 8m²/adulte, pictogrammes de sécurité et consignes affichées partout !

    Le feu vert du conseiller en prévention est arrivé et c’est officiellement parti !

    Après une communication claire avec les familles, c’est avec une énorme motivation que nous accueillerons les élèves de P6 ce lundi !

     

    Dès la semaine du 25 mai, ce seront les enfants de P1 et P2 qui regagneront les bancs de l’école.

    Ceux-ci seront certes un peu plus espacés que d’habitude, mais l’important est de nous retrouver « progressivement », dans le respect maximal des règles reçues…

    Vivement se revoir, tout ira bien !

    Jean-Pierre LAMBIET, directeur